L'écologie c'est l'affaire de toutes et tous.

Le projet écologiste crée des emplois, préserve la santé et le bien-être, vise à plus de solidarité et de démocratie.

Communiqué Accord de Paris sur le climat

Accord de Paris : nous sommes en colère mais plus que jamais déterminés à agir pour le climat De toutes les erreurs que D.Trump a déjà commises, le retrait des Etats Unis des accords de Paris sur le climat est sûrement l'une des plus graves.  Cette décision unilatérale et prise par un seul homme, isole un peu plus les Etats Unis vis à vis de la communauté internationale. Cette décision a été prise au nom d'un modèle de développement économique dépassé et déjà moribond. Aux Etats-Unis, en Europe et en France, la transition écologique est déjà créatrice de centaines de milliers d'emplois quand les énergies fossiles sont en déclin. D.Trump a décidé de céder aux lobbies du siècle dernier quand le reste du monde à fait le choix à Paris d'entrer pleinement dans le 21ème siècle.  Cela ne doit en aucun cas remettre en question les engagements des accords de Paris. Face à la bêtise de Donald Trump, nous sommes plus que jamais déterminés à agir pour préserver notre planète et ses habitants. La France et l'Union Européenne doivent prendre la main et être exemplaires dans la mise en œuvre des engagements de la COP 21. Matthieu Theurier, candidat écologiste sur la 8ème circonscription d'Ille-et-Vilaine Gaëlle Rougier, candidate écologiste sur la 3ème circonscription d'Ille-et-Vilaine Didier Chapellon, candidat écologiste sur la 1ère circonscription d'Ille-et-Vilaine Lucille Koch, candidate écologiste sur la 2ème circonscription d'Ille-et-Vilaine

Lire la suite

Participez

Rejoignez
l’équipe
de campagne
dès maintenant

Bienvenue dans l'équipe de campagne !
Suivez également la campagne sur et

Suivez-nous

eelv.fr

Viol sur mineur-e-s, Europe Écologie Les Verts souhaite une évolution de la loi

Lire la suite

L’alimentation et Bayer-Monsanto

Samedi à Lorient, les écologistes ont marché contre Bayer-Monsanto. Pourquoi ? Nous nous opposons à ce qu'une multinationale prenne de plus en plus le contrôle des semences et des pesticides dans le monde entier. Nous voulons au contraire que chaque région du monde puisse produire sa propre alimentation sans dépendre de gigantesques entreprises dont les intérêts ne sont pas les mêmes que les populations. En tant que député j'agirai pour une agriculture relocalisée, écologique et productive dans le respect de la terre, capable d'assurer aux producteurs un revenu juste, et aux consommateurs des produits sains et accessibles à tous les budgets. Nous réclamons une agriculture transparente et sans OGM, ni dans les champs, ni dans l'alimentation animale, grâce à un étiquetage adapté sur tous les produits alimentaires, y compris les œufs, les produits laitiers et la viande. Le modèle de Bayer-Monsanto, c'est exactement l'inverse.

Lire la suite

eelv.fr

Climat : scientifiques et écologistes proposent des solutions pour échapper au pire

Lire la suite

L’urgence écologique est là

Nicolas Hulot au gouvernement  / Communiqué de presse des candidats EELV Rennais aux législatives :  L'urgence écologique est là L'urgence écologique est là. Il faut y répondre. Les écologistes sont déterminé.e.s à agir. Dans les communes et les régions, comme à l'assemblée nationale, les élu.e.s écologistes mènent partout la nécessaire transition écologique de notre société. Au vu de la situation de notre environnement, il y a plus que jamais besoin d'écologistes à l'assemblée nationale pour mettre en œuvre concrètement les engagements de la COP 21. Nicolas Hulot a accepté la fonction de ministre de la Transition Ecologique et Solidaire. Il est aujourd'hui parmi les écologistes qui a le plus grand rapport de force, la plus grande notoriété et une vraie sincérité dans l'engagement. Nous lui souhaitons de réussir. Nous lui souhaitons de parvenir à faire changer les choix actuels du président qui jusqu'à présent ne sont pas allés dans le sens de l'écologie. Nous savons aussi qu'un homme, ou une femme, seul, ne peut rien. Le risque est qu'il ne soit qu'un trophée sans possibilité d'actions réelles. Le sujet, ce n'est pas la personne qui occupe le poste de ministre, le sujet c'est le cap qui est donné par l'ensemble du gouvernement. Si le Premier ministre et le président de la République n'ont pas le cap de l'écologie, Nicolas Hulot sera en permanence entravé. Dans tous les cas, il faudra une force écologiste à l'Assemblée Nationale pour le soutenir. Didier Chapellon, candidat sur la 35-01 Lucile Koch, candidate sur la 35-02 Gaëlle Rougier, candidate sur la 35-03 Matthieu Theurier, candidat sur la 35-08

Lire la suite

eelv.fr

Non à la ferme-usine des 4000 bovins en Saône-et-Loire

Lire la suite

9 mai, journée de l’Europe : les écologistes pour une Europe démocratique écologique et solidaire

Chères amies, chers amis, La page se tourne sur une campagne présidentielle pendant laquelle l'Europe aura finalement été au cœur des débats et des enjeux. Les visages qu’on lui a prêtés masquent difficilement l’impuissance à imaginer la poursuite d’un projet européen dont beaucoup semblent avoir perdu le sens. Le clivage politique qui se dessine autour d’ un cadre manichéen « pour ou contre l’Europe » en devient caricatural et dangereux. Aux simplistes distinctions entre souverainistes et partisans d’un statu quo européen, les écologistes doivent porter un projet alternatif. Nous ne serons pas seuls car dans la société européenne, les mobilisations et les mouvements existent qui défendent une Europe différente, plus démocratique, plus sociale, plus solidaire, plus soutenable. Ils veulent une réponse commune sur les questions climatiques, environnementales, de santé, d'alimentation, de migrations, sur la protection des droits sociaux, sur les luttes contre la fraude fiscale, pour la transparence, sur les atteintes aux libertés publiques, aux droits des femmes ou des minorités. Nous savons comme écologistes, qu’il ne faut pas opposer les niveaux local, national et européen pour réussir les transitions écologique, démocratique et sociale, mais qu’au contraire il faut utiliser tous les leviers que l’Union européenne offre notamment en termes de normes ou d’investissements sur les transports ou l’énergie. Pour cela, il faut revenir à un véritable projet politique, qui sorte des diktats comptables et de la primauté de la question économique, et faire émerger en Europe comme nouvel horizon pour les nouvelles générations une véritable communauté de destin. C’est ce fragile équilibre entre la nécessité d’Europe et sa nécessaire transformation que portent quotidiennement nos élu-es au Parlement européen. Compte tenu de l’échéance électorale européenne en 2019, un large débat sur l’avenir tant institutionnel, que politique de l’Union européenne est impératif. Des alternatives existent pour les Européens comme pour leurs représentants politiques. Des initiatives voient le jour depuis plusieurs années et ont vocation à être mutualisées, discutées ou complétées dans des échanges avec les autres forces européennes progressistes au cours des prochains mois. Le sens du projet européen doit également être ouvertement débattu par le Parlement français. Les député-e-s élu-e-s en juin devront veiller à ce que le Président du « renouveau politique » ne se range pas derrière les vieilles pratiques politiques européennes qui ont enterré toutes les tentatives de réforme constitutionnelle, ont ouvertement négligé les résultats de referendum ou des initiatives citoyennes, pour porter des politiques publiques empreintes de l’idéologie austéritaire envers les plus démunis et de dérégulation. Plus que jamais au Parlement l’écologie, la démocratie, la justice sociale et fiscale, la solidarité doivent être défendues. En ce 9 mai, journée de l'Europe, il ne s’agit pas pour nous de commémorer ou de nous arrêter au chemin parcouru mais de rappeler l’urgence d’écrire un nouveau chapitre, plus solidaire, de notre histoire commune.

Lire la suite

eelv.fr

Transition énergétique : encore un renoncement !

Lire la suite

Combattre le front national, c’est d’abord le battre dans les urnes

Pour les écologistes, la politique prônée par Emmanuel Macron ne constitue pas une solution aux crises qui traversent notre pays. Pour autant, les écologistes que nous sommes font une distinction claire et totale, entre un adversaire politique et une ennemie de la République. Si le projet d'Emmanuel Macron s’attaquera aux pauvres, celui de Marine Le Pen s’attaquera aux pauvres, aux femmes, aux immigrés, aux homosexuels... et aux principes même de notre démocratie. Celles et ceux qui laissent entendre que les deux candidats sont à mettre sur le même plan renforcent le Front National en participant à sa banalisation. S’il existe un risque, même infime, que Mme Le Pen gagne le second tour, il est hors de question que nous le prenions. Parce que le combat contre le Front national passe par les urnes, parce qu’il faut minoriser le FN dès que nous en avons l’occasion, parce qu’il nous faut empêcher son accession au pouvoir, nous voterons M. Macron. Ce vote n’est d’aucune manière un soutien à son projet libéral. Les élections des nouveaux députés les 11 et 18 juin prochains seront alors l’occasion de créer les conditions pour la construction d’une force écologiste, sociale et citoyenne à l’Assemblée Nationale. Matthieu Theurier, candidat EELV pour la 35-08 Didier Chapellon, candidat EELV pour la 35-01 Lucile Koch, candidate EELV pour la 35-02

Lire la suite